L'équipe de basket-ball féminin des Blues de Dawson termine la saison au premier rang au Québec et au troisième rang au Canada, et tous les finissants repartent avec une bourse d'études.

L'équipe féminine de basket-ball des Dawson Blues a une fois de plus terminé une saison très réussie. Pour la deuxième année consécutive, les Dawson Blues sont championnes provinciales de la conférence de basket-ball féminin D1 du RSEQ. Les championnes provinciales ont ensuite participé aux championnats nationaux de l'Association canadienne du sport collégial et se sont classées troisièmes au Canada.

La meneuse de jeu Sorelle Ineza affirme que porter l'uniforme de Dawson a beaucoup compté pour elle au cours des deux dernières années. "Il y a beaucoup de bonnes joueuses qui ont joué ici, et le fait de pouvoir en faire partie est énorme pour moi. Le point culminant de la saison a été de remporter le championnat provincial. Le deuxième fait marquant a été notre défaite en demi-finale des championnats nationaux. Nous étions tous choqués, mais ce match nous a appris beaucoup de choses.

Trevor Williams, le fier entraîneur, définit le succès comme l'entretien de la fraternité de l'équipe, de sorte que les joueuses restent très motivées pour jouer au plus haut niveau tout en gardant leurs notes élevées.

"Les cinq finissants obtiennent des bourses d'études ", a déclaré Trevor, nommé entraîneur de l'année par le RSEQ. "Nous avons obtenu des résultats constants au cours des cinq dernières années. Notre objectif est de jouer au plus haut niveau et de diplômer tous les joueurs. C'est encore mieux quand nos élèves peuvent obtenir des bourses d'études. Il n'y a rien de mieux que de les voir continuer à jouer au basket-ball à un haut niveau et d'avoir l'occasion d'aller à l'université sans rien avoir à rembourser.

Trevor entraîne l'équipe féminine depuis la saison 2001-2002. La vision de l'ancien athlète olympique est que "Dawson est l'endroit où l'on peut jouer sérieusement au basket-ball dans le but d'entrer à l'université". Deux à trois fois par semaine, une salle d'étude est obligatoire pour les joueuses. Tout joueur en difficulté recevra l'aide dont il a besoin, affirme-t-il.

La recette utilisée par Trevor consiste à créer un sentiment de solidarité au sein de l'équipe ou "une sororité" entre les joueuses, comme il l'appelle. "Une fois que vous êtes dans l'équipe de Dawson, vous avez du soutien", dit-il. À chaque entraînement, elles disent toutes : "Nous sommes des sœurs, nous nous soutenons les unes les autres". Nous nous soutenons les unes les autres.

L'expérience du basket-ball laisse des traces chez les joueuses. Trevor raconte que des jeunes femmes qui jouaient il y a dix ans prennent des nouvelles de l'équipe et suivent leurs sœurs sur le terrain et en dehors.

"Lorsque j'entraîne des joueurs de basket-ball, j'enseigne les compétences nécessaires à la vie quotidienne", explique-t-il. "Le basket est comme la vie. Le gymnase du collège Dawson est notre maison et nous devons la traiter avec fierté et respect. Plus nous travaillons dur, plus c'est facile. Nous devons travailler dur pendant les entraînements et les matchs seront plus faciles.

La gardienne de but Dahomée Forgues affirme que le basket-ball de Dawson lui a appris cela : "Vous pouvez être le meilleur joueur du monde, mais sans coéquipiers, vous ne pouvez rien gagner.

Sorelle a cité l'humilité, le fait de rendre la pareille, de ne rien prendre pour acquis et de joindre le geste à la parole comme autant de leçons apprises au sein de l'équipe de basket-ball. "Il ne faut pas en parler, mais le faire ", dit Sorelle. "Les gens se moquent de ce que vous avez à dire, vous devez passer à l'action si vous voulez obtenir leur respect. Il n'y a pas d'excuses, il faut y arriver par tous les moyens".

Cette équipe a travaillé dur et les bourses offertes à toutes les joueuses diplômées en sont la preuve. Roxane Makolo (meneuse de jeu diplômée en Sciences humaines), qui a été choisie pour faire partie de l'équipe nationale, étudie plusieurs offres de bourses d'études. Deux joueuses diplômées partent aux États-Unis avec des bourses complètes pour jouer au basket-ball féminin de division 1 : Sorelle Ineza (meneuse de jeu diplômée en Sciences humaines) ira à l'Université Hofstra sur Long Island à New York et Dahomée Forgues (meneuse de jeu diplômée en Sciences de la santé) ira à l'Université Robert Morris près de Pittsburgh, en Pennsylvanie. Deux autres joueuses diplômées iront dans des universités canadiennes grâce à des bourses d'études : Ekaterini Stoupas (attaquante de puissance diplômée en Sciences humaines) va à l'Université Bishop's et Sara Esongola Biango (meneuse de jeu diplômée en Sciences pures et appliquées) va à l'Université technique de l'Ontario.

Le basket-ball au Collège Dawson est une grande tradition. Selon Trevor, "nous avons constamment l'une des meilleures équipes du pays".



Dernière modification : 5 avril 2019