Des histoires fortes apportent des perspectives indigènes à l'enseignement supérieur

Partager

Le conte est au cœur des cultures orales des peuples autochtones du Canada. Un projet unique mené au Québec par des professeurs du Collège Dawson utilise la narration pour favoriser l'inclusion et l'accueil des cultures et des étudiants autochtones dans les établissements d'enseignement supérieur.

"Notre projet vise à changer la culture des établissements universitaires, à souligner la nécessité pour les autochtones d'occuper des postes de direction au sein de ces établissements et à s'assurer que les perspectives autochtones sont reflétées et font partie de l'expérience éducative de chacun", explique Michelle Smith, membre de la faculté du département Cinéma | Communications de Dawson et chercheuse principale.

Plus de 100 conteurs impliqués

RVB de base

Le projet First Peoples' Post-Secondary Storytelling Exchange (FPPSE) a réuni plus de 100 personnes qui ont partagé leurs histoires dans le cadre de cercles de discussion traditionnels, d'ateliers de réalisation de films et d'entrevues qui ont été menés dans toute la province, y compris dans des communautés éloignées, de 2016 à 2020. Avec la création de 30 entrevues vidéo et de 10 vidéos thématiques, d'une douzaine de films narratifs, d'un manuel de méthodologies de recherche autochtone, de recommandations et d'un site Web, la première phase du projet financé par le CRSH est maintenant terminée.

Le travail du FPPSE est le résultat du travail des organisations partenaires suivantes : Collège Dawson, Abtec, Air Inuit, Chaire-Réseau de Recherche sur la Jeunesse du Québec - volet Premières nations et Inuit, Université Concordia, Dawson's Cinéma | Communications , First Nations Adult Education School Council, First Nations Regional Adult Education Centre Indigenous Futures, John Abbott College, KSDPP, Kahnawake Library, Kahnawake Survival School, Kativik Ilisarniliriniq, Université McGill, Mushkeg Media, Nasivvik Residence, Our World.

Objectifs du projet de narration

"Nos objectifs étaient de créer un espace pour que les étudiants autochtones de l'enseignement postsecondaire puissent partager leurs expériences, d'éliminer les obstacles au sein des établissements d'enseignement postsecondaire et de soutenir les conversations entre les étudiants de l'enseignement postsecondaire et les communautés", a déclaré Michelle.
Le projet a suivi des méthodologies de recherche autochtones et a été guidé par des conseils consultatifs communautaires, composés d'anciens et de dirigeants communautaires, d'étudiants et de jeunes, de professionnels et d'éducateurs des nations cries, inuites et kanien'kehá:ka, ainsi que de la communauté autochtone urbaine de Montréal.

Le projet présente des recommandations concrètes sur l'éducation des jeunes autochtones. Une mère m'a dit : "Nous voulons avoir notre mot à dire sur l'avenir de l'enseignement postsecondaire. Nous envoyons nos enfants à l'école et nous voulons qu'ils soient soutenus. Un père du Nunavik m'a dit combien il était pénible d'envoyer ses enfants dans le Sud. Tout le monde demande de l'éducation dans le Nord", a-t-elle déclaré. "Nous voulons aller de l'avant en tenant compte des besoins et des aspirations des communautés.

Photo de l'équipe FPPSE

Méthodologies de recherche autochtones

Le travail de recherche s'est efforcé d'être non hiérarchique. "Nous avions un profond respect pour le processus", a déclaré Laura Shea, membre du corps enseignant du département de sociologie de Dawson et membre de l'équipe FPPSE. "Il était important pour nous de rester en contact avec les conseils consultatifs communautaires à différents stades.

Laura précise qu'ils ont également veillé à éviter l'approche extractive de la recherche conventionnelle, qui a été critiquée par les universitaires autochtones. "Nous nous sommes efforcés de préserver l'intégrité de chaque histoire individuelle", a-t-elle déclaré.

Plusieurs difficultés sont survenues en cours de route, notamment la perte de Susan Briscoe, qui était à l'origine du projet et enseignait au département d'anglais du collège Dawson, et la pandémie.

IMG_3894

Lancement le 16 février

Après cinq années de travail, l'événement de lancement du 16 février sera une célébration ouverte à tous. Elle sera marquée par le lancement d'un site web qui offre une importante banque de ressources pour les éducateurs, les élèves et les familles et qui présente des histoires recueillies grâce à la méthodologie innovante du projet.

Un ancien de Kahnawake ouvrira l'événement. Les étudiants partageront leurs expériences, les chercheurs présenteront leurs résultats et une vidéo sera présentée en avant-première. "Nous célébrerons le projet et la communauté qui s'est construite grâce à lui", a déclaré Michelle.

Une cérémonie privée sera d'abord organisée pour les conteurs qui ont participé. "Nous voulons rendre hommage à leurs contributions, à leur force, à leur courage et à leur résilience", a-t-elle déclaré.

La prochaine phase du projet consistera à diffuser les résultats auprès des communautés autochtones, en organisant des réunions et des événements en personne lorsque cela sera possible et sûr à l'avenir.

IMG_3958

Échange de contes des Premiers Peuples au niveau postsecondaire (FPPSE)

  • Événement de lancement présentant des histoires, des vidéos en avant-première, le lancement du site web, les résultats de la recherche, etc.
  • Ouvert à tous
  • Mardi 16 février : 16h00 - 18h00
  • Participez à l'événement sur Zoom : https://us02web.zoom.us/j/83801087920

Citations des conteurs de la FPPSE

"La réussite, c'est l'apprentissage de vos coutumes et de votre langue - et l'apprentissage dans le cadre de l'enseignement supérieur ; c'est prendre la meilleure forme d'éducation que vous recevez et la fusionner avec la sagesse de vos ancêtres.

- Conteur de la FPPSE

"Tout d'abord, nous, les Inuits, avec nos traditions, sommes très différents. L'idée d'apprendre dans une salle de classe n'est pas une tradition inuite. Mes parents, mes grands-parents et tous ceux qui nous ont précédés ont reçu un enseignement sur la terre. Les garçons observaient leurs pères et les filles leurs mères. On leur disait peut-être ce qu'ils apprenaient, mais ils apprenaient surtout en regardant. Ils apprenaient où chasser et où la terre était bonne, ou bien où il y avait un danger et ce qu'il représentait. C'est notre façon traditionnelle d'apprendre en tant qu'Inuits. C'est ainsi que nous procédons depuis de nombreuses années et il n'est donc pas facile d'apprendre tout d'un coup dans une salle de classe.

- Conteur de la FPPSE

"Parfois, lorsque je rentre chez moi, j'ai l'impression d'être une étrangère parce que j'ai fait des efforts ou réussi d'une certaine manière, contrairement aux membres de ma famille. Lorsque j'ai obtenu mon diplôme universitaire, ils pensaient encore que j'allais simplement rentrer chez moi, mais j'ai décidé que je voulais quelque chose de plus que cela. Ils me demandent donc combien de temps cela va prendre et c'est vraiment stressant. Vouloir leur faire plaisir, mais aussi vouloir quelque chose de plus pour moi, c'est un combat auquel je suis toujours confrontée. Je veux rentrer chez moi pour être avec ma famille, mais je ne peux pas poursuivre mes études là-bas.

- Conteur de la FPPSE

"Je pense que le site First Peoples’ Centre a été la seule chose qui m'a vraiment aidé à suivre mon programme. Et le fait d'avoir cette famille là-bas, c'est ma famille maintenant à Montréal parce que je n'ai pas de famille ici. Je pense donc que cela a été mon expérience d'apprentissage.

- Conteur de la FPPSE

"On a parfois l'impression d'être à l'autre bout du monde, même si l'on se trouve à une demi-heure de la ville. Mais quand j'ai commencé, c'était comme si j'allais aux confins de l'univers. Je n'ai jamais vraiment su quoi que ce soit sur la ville ou les gens. Le monde universitaire lui-même m'était si étranger. Et en fait, y entrer n'a pas été si difficile. Tout le monde pense que rédiger des dissertations et passer des examens est très stressant, mais ce n'est pas le cas. Ce n'est pas si grave. Parce que nous sommes tous plus intelligents que nous ne le pensons, que nous ne le savons. Nous disposons de toutes ces informations avec lesquelles nous grandissons. C'est le fait de les appliquer de différentes manières qui semble effrayant pour les gens, mais ce n'est pas du tout le cas, en réalité.

- Conteur de la FPPSE

plume de passage
Remarque

Remerciements pour le projet :

Équipe de projet : Susan Briscoe, Michelle Smith, Vicky Boldo, Elizabeth Fast, Nicole Ives, Reisa Levine, Jason Edward Lewis, Morgan Phillips, Laura Shea.

Assistants de recherche : Jeannie Calvin, Lucina Gordon, Kahawihson Horne (promotion 2015, Sciences humaines), Anna Kristensen (promotion 2019, TGIL), Sandra-Lynn Leclaire, Mel Lefebvre, Christine Qillasiq Lussier, Jennifer Qupanuaq May, Cheli Nighttraveller, Pasha Partridge, Angela Watts (promotion 2017, ALC- Littérature).

Participation supplémentaire : Tiawenti:non Canadian du First Peoples’ Centre, Karla Gruodis (ancienne enseignante à Dawson), Alex McComber du conseil d'administration de Dawson, Cheryl Simon et Cinéma | Communications, Dawson's Research Office.



Dernière modification : 15 février 2021