In memoriam : Jeff Barnaby, diplômé de Cin | Comm et cinéaste mi'gmaq

Jeff Barnaby, cinéaste mi'gmaq de renom et ancien élève de Dawson Cinema| Communications, est décédé le 13 octobre 2022 à l'âge de 46 ans, après une année de lutte contre le cancer.

Jeff est un cinéaste immensément doué et très original dont les talents exceptionnels ont été évidents dès le départ. Tout juste sorti de l'école de cinéma, ses premiers courts métrages surréalistes From Cherry English (2004) et The Colony (2007), puis File Under Miscellaneous (2010), ont été récompensés dans des festivals prestigieux aux États-Unis et au Canada : Sundance, TIFF, VIFF. Yorkton et le ImagineNATIVE Film and Media Arts Festival.

Déterminé à raconter des histoires autochtones de manière nouvelle et stimulante, Jeff s'est inspiré de sa langue maternelle Mi'gmaq et de sa vision du monde, et a goûté aux conventions de genre des films de science-fiction et d'horreur, des films noirs, des dessins animés et des tragédies shakespeariennes, pour mettre en scène les séquelles émotionnelles complexes de l'histoire coloniale sur les communautés indigènes. Le premier long métrage de Jeff, Rhymes for Young Ghouls (2013), mettait en scène "un adolescent autochtone, trafiquant de drogue en quête de vengeance" pour livrer un réquisitoire brûlant contre le système canadien des pensionnats indiens, des années avant que les charniers d'enfants indigènes ne soient révélés au grand jour. Blood Quantum (2019) a suivi avec une critique tout aussi virulente du colonialisme sous la forme d'un film d'apocalypse "zombie", achevé juste au moment où la pandémie de COVID commençait.

En tant qu'étudiant au CEGEP, les talents de Jeff étaient déjà évidents. Bien qu'il aime attribuer à Dawson le mérite d'avoir affiné sa vision cinématographique, celle-ci était en réalité déjà bien formée lorsqu'il est arrivé. À Dawson, il a simplement acquis les outils pour l'exprimer. Simon Davies, ancien président de Cin|Com, se souvient de Jeff comme "incroyablement concentré, attentif, compétent et très sympathique - l'étudiant en production le plus créatif" qu'il ait jamais eu "le plaisir de côtoyer". Il se souvient également que le premier court métrage que le cinéaste en herbe a réalisé en classe "était tellement innovant, conflictuel et exploratoire que la classe était engourdie après l'avoir visionné".

John Connolly, de l'IMA, a fait part d'une anecdote similaire concernant la réaction des étudiants lorsqu'ils ont visionné l'un des films réalisés par Jeff après son départ de Dawson : "Jeff a toujours été généreux de son temps lorsqu'il s'agissait de Dawson. Je me souviens d'une visite où il est entré, a salué la classe et a projeté à froid Red Right Hand, un court métrage qu'il venait de réaliser à Concordia, très sombre et très Jeff. Quoi qu'il en soit, le film se termine, j'allume les lumières et la classe n'est pas seulement silencieuse, elle est figée. Je me souviens avoir pensé "oh oh, j'aurais peut-être dû lui demander ce qu'il allait montrer". Après le choc, la colère est venue. Les élèves lui demandaient "comment as-tu pu..." et "pourquoi as-tu pu..." et Jeff a commencé à donner des informations, le contexte, ce qu'était vraiment l'histoire, etc. Il parle pendant environ 15 minutes. Le cours se termine, il se lève pour partir et reçoit une ovation spontanée de la part d'une salle remplie de jeunes de 18 ans. C'était comme un tour de magie. C'était ça, Jeff. Tant de profondeur, d'humour, de colère et de grâce".

Michelle Smith, enseignante à Cin|Com et directrice du projet First Peoples' Post-Secondary Storytelling Exchange, fait écho à l'appréciation par John de la valeur pédagogique des films de Jeff : "Une grande partie du discours sur l'expérience autochtone porte sur les manques et les problèmes ; il est basé sur les déficits. Les films de Jeff mettent en scène des personnages complexes, plus grands que nature et dotés d'un pouvoir d'action considérable, comme l'Aila de Devery Jacobs, qui se venge sérieusement de l'agent indien dans Rhymes for Young Ghouls. Quel cadeau pour un professeur de cinéma que de pouvoir partager les mondes sombres et magnifiques de Jeff et ses histoires uniques et originales avec des étudiants qui commencent tout juste à se faire une idée de la colonisation et de ses impacts continus. Miigwech Jeff, tu te bats pour faire tes films. Tu nous aideras toujours à voir.

Les films de Jeff ne sont pas faciles à regarder. Leurs sujets dérangent et les méthodes du cinéaste troublent. Passant de la comédie à la tragédie, puis à l'horreur et vice-versa, les films changent de genre rapidement et à plusieurs reprises, parfois au cours d'une seule scène. Les changements de ton qui en résultent sont saisissants. Le journaliste de la CBC George Stroumboulopoulos a qualifié avec justesse le style cinématographique de Jeff de "Bare Knuckle Cinema", et Chelsea Vowel, écrivaine et éducatrice métisse, a décrit l'œuvre cinématographique de Jeff en des termes similaires : "d'une brutalité absolument implacable". Malgré cela, elle a insisté sur le fait que "chaque adulte vivant au Canada devrait le regarder".

Aussi directs et inébranlables que soient les films de Jeff dans leur description de la violence coloniale infligée aux peuples indigènes du Canada, et cruciaux pour leur narration à cause de cela, ils sont aussi, souvent, étonnamment beaux. La mise en scène de Jeff est luxuriante, ses œuvres d'art époustouflantes, sa conception sonore raffinée, ses dialogues pleins d'esprit, ses intrigues intelligentes, ses histoires justes et ses protagonistes toujours, toujours courageux et ayant le courage de se remettre en question. Loin des faux-semblants, l'homme et son travail sont directs, et même si les films de Jeff et Jeff lui-même peuvent parfois être difficiles, il y a une certaine douceur à trouver sous la surface.

Jeff n'a jamais vraiment quitté Dawson. Il a obtenu son diplôme et son baccalauréat en beaux-arts à Concordia. Il a réalisé plusieurs courts métrages et deux longs métrages, qu'il a présentés à des festivals. Il a reçu des prix et des financements. Il s'est marié, a eu un enfant, a écrit de nouveaux scénarios, les a révisés et réécrits, a donné des conférences et des interviews, et a présenté de nouveaux projets ; mais il a toujours tenu à garder le contact, s'arrêtant pour parler aux étudiants des épreuves et des tribulations, des joies et des peines de la réalisation de films indépendants. En mars dernier, invité par le certificat d'études sur la décolonisation et les peuples autochtones et par le Dawson Horror Collective, il a dit aux étudiants qu'ils quitteraient Dawson en étant de meilleurs artistes et de meilleures personnes. Il a eu l'impression que c'était le cas. Il aurait dû leur dire qu'ils pouvaient eux aussi changer Dawson et en sortir grandis. C'est ce qu'a fait Jeff. En même temps qu'il défendait Dawson, nous l'avons célébré. C'était un cinéaste remarquable, un homme très bon et un ami loyal. Nous le pleurerons profondément et il nous manquera cruellement.

Jeff laisse dans le deuil sa femme, Sarah Del Seronde, enseignante à Cinéma | Communications , et son fils Miles.

Le département Cinéma/Communication organisera un programme de films de Jeff Barnaby au cours du semestre d'hiver et a l'intention de créer un prix pour les étudiants autochtones travaillant dans le domaine du cinéma en son honneur.



Dernière modification : 19 octobre 2022