2NDO DIA 4TO FORO PLANTELES EDUCATIVOS SUSTENTABLES EN DAWSON COLLEGE

L'anglais suit

Ruth Bustos, UPN

¡El Dawson College est un campus vivant ! Aujourd'hui, lors du deuxième jour du forum, nous avons pu le constater. Il est vivant parce que la communauté des étudiants et des universitaires se maintient en mouvement constant pour générer des initiatives, mais aussi pour la flore et la faune qui s'y trouvent en tant qu'objets d'étude et d'accompagnement dans l'apprentissage.

La bienvenue a été donnée par les étudiants et les professeurs de la Formation des dirigeants communautaires en matière de loisirs (TGIL) qui nous ont offert leur espace et nous ont servi de repas. Sarah Carthier de TGIL nous a réservé un espace spécialement destiné aux visiteurs mexicains dans le cadre de la production du documentaire "78 Days : A Tree Planting Documentary", (78 días : un documental sobre la plantación de árboles) qui nous montre un emploi intéressant, bien rémunéré, mais aussi extensible : la reforestation par périodes, qui en l'occurrence correspondait aux forêts du nord de l'Alberta, au Canada. Dirigé par Jason Nardella en 2011, le film montre les difficultés physiques et mentales auxquelles sont confrontés les planteurs, mais aussi la possibilité de créer une communauté entre eux. La discussion ultérieure avec le directeur et l'enthousiasme des étudiants pour en savoir plus sur le documentaire ont produit un sentiment d'espoir, car il existe des efforts différents pour préserver la planète.

Après la visite de l'écomusée au collège, nous avons admiré la beauté des oiseaux vivants et appris à connaître leurs caractéristiques et leurs formes de vie. Les questions posées par les participants, dont Chris Adam, ont permis d'approfondir le sujet et m'ont fait réfléchir à l'importance de ce que l'on peut apprendre de cette manière.

Ensuite, ce fut le tour de la flore : dans une salle qui se caractérise par un mur vert et qui respire la paix et la cordialité, nous avons pu assister à une présentation sur les plantes médicinales selon deux perspectives différentes : la Profesora Laura Hernández de la Preparatoria Comunitaria de Tres Marías en Morelos México, a expliqué comment, grâce à des entretiens, les jeunes approfondissent l'étude de la technique et réalisent des projets tels que la plantation en terrasses et l'élaboration d'un botiquín. Gary Beauvais a quant à lui présenté différentes espèces de plantes qu'il cultive de manière volontaire dans un vivero dentro de una escuela primaria en Kahnwa:ke, comunidad indigena cerca de Montreal, Canadá. Les deux projets se fondent sur le sauvetage des connaissances ancestrales et la transmission de celles-ci aux générations futures, ce qui nous a permis de réfléchir aux trois aspects de la durabilité : l'environnement, l'économie et la société, car il a été question de l'importance de l'utilisation des plantes pour prévenir et combattre les maladies de manière économique, y compris d'une manière intégrale comme l'aromathérapie pour soulager les émotions et résister au marché des entreprises agricoles. La préservation des semences a également été abordée sous l'angle de la cosmovision des communautés d'origine et de la lutte contre les transgéniques.

Au cours d'un repas hindou, deux étudiantes égyptiennes de Dawson qui ont réalisé un échange d'étudiants à Morelos se sont jointes à nous, ce qui montre l'impact qu'a eu sur elles le Projet de Plantes Éducatives Durables et son ouverture à la création d'emplois, au-delà de l'enseignement académique.

Au cours de cette journée, nous avons écouté une grande variété de voix : français, anglais, espagnol, nous avons dégusté des saveurs différentes, comparé des connaissances entre différentes cultures et réfléchi à l'importance de générer des actions de vie positive pour tous. Cela montre qu'il existe une relation étroite entre l'interculturalité et la durabilité. Merci à Gisela Frías et Chris Adam pour ces belles initiatives.

Pour le troisième jour du forum, nous continuerons à expliquer pourquoi le Dawson College est un campus vivant.

 

 

1er jour du 4ème Forum des campus durables au Collège Dawson

Ruth Bustos, UPN

Le Collège Dawson est un campus vivant ! Aujourd'hui, au deuxième jour du forum, nous avons eu l'occasion d'en témoigner. Il est vivant parce que la communauté des étudiants et des universitaires est en mouvement constant pour générer des initiatives, mais aussi en raison de la flore et de la faune qui sont là comme objets d'étude et d'accompagnement dans l'apprentissage.

Nous avons été accueillis par les étudiants et les enseignants du Community Recreation Leadership Training (TGIL) qui nous ont offert leur espace et un petit déjeuner. Sarah Carthier de TGIL a réservé des places spécialement pour les visiteurs mexicains lors de la projection du documentaire "78 Days : A Tree Planting Documentary", (78 jours : un documentaire sur la plantation d'arbres) qui nous montre un travail intéressant, bien rémunéré, mais aussi pénible : la reforestation saisonnière, qui correspondait à cette occasion aux forêts du nord de l'Alberta, au Canada. Réalisé par Jason Nardella en 2011, il montre les difficultés physiques et mentales auxquelles sont confrontés les planteurs, mais aussi la possibilité de créer une communauté entre eux. La discussion qui a suivi avec le réalisateur et l'enthousiasme des élèves pour en savoir plus sur le documentaire ont fait naître un sentiment d'espoir, car il existe différents efforts pour prendre soin de la planète.

Ensuite, l'écomusée a visité le collège, nous avons admiré la beauté des oiseaux vivants et nous avons pu en apprendre davantage sur leurs caractéristiques et leur mode de vie. Les questions des personnes présentes, dont Chris Adam, ont permis d'approfondir le sujet et m'ont fait réfléchir à l'importance d'apprendre de cette manière.

Puis ce fut le tour de la flore : dans une salle caractérisée par un mur vert et qui respire la paix et la cordialité, nous avons assisté à une présentation sur les plantes médicinales sous deux angles différents : Le professeur Laura Hernández, de l'école secondaire communautaire de Tres Marías, à Morelos (Mexique), nous a expliqué comment, grâce à des entretiens, les jeunes de Tres Marias ont pu approfondir leurs connaissances sur les plantes médicinales. a participé à l'étude de ce sujet et a réalisé des projets tels que la plantation en terrasses et le développement d'une trousse de premiers secours. Gary Beauvais a apporté différentes espèces de plantes qu'il cultive volontairement dans une pépinière située à l'intérieur d'une école primaire de Kahnwa:ke, une communauté indigène près de Montréal, au Canada. Les deux projets sont basés sur le sauvetage des connaissances ancestrales et leur transmission aux générations futures. Ils nous ont fait réfléchir aux trois axes de la durabilité : l'environnement, l'économie et le social, en soulignant l'importance de l'utilisation des plantes pour prévenir et combattre les maladies de manière économique, même d'une manière holistique, comme l'aromathérapie, pour traiter les émotions et résister à l'activité des sociétés pharmaceutiques. Il a également été question de la préservation des semences dans la vision du monde des communautés indigènes et de la lutte contre les transgéniques.

Lors d'un repas indien, deux étudiants diplômés de Dawson qui avaient effectué leur stage à Morelos sont venus nous rejoindre, ce qui montre l'impact que l'initiative Campus durables a eu sur eux et leur ouverture à renforcer les liens d'affectivité, au-delà de l'académique.

Au cours de cette journée, nous avons écouté différentes voix : Français, Anglais, Espagnol, nous avons goûté à différentes saveurs, partagé des connaissances entre différentes cultures et réfléchi à l'importance de générer du bien-être pour tous, ce qui montre une relation étroite entre l'interculturalité et la durabilité. Merci à Gisela Frías et Chris Adam pour ces belles initiatives.

Pour le troisième jour du forum, nous continuerons à étudier les raisons pour lesquelles le Collège Dawson est un campus vivant.



Dernière modification : 4 octobre 2018