Estudiantes (UPN)

 

La Universidad Pedagógica Nacional sede Cuernavaca, en los últimos años ha sufrido el problema de la escasez de agua, un problema que ya afecta a prácticamente toda la capital del estado de Morelos ; esta situación se ha agudizado todavía más, porque el número de estudiantes ha aumentado como resultado de la apertura de nuevos programas educativos que ofrece la Universidad. Dans ce contexte, les étudiants du quinzième semestre de la licence en intervention éducative (LIE), dans le cadre de la matière Développement durable, conjointement avec le professeur Jorge Domínguez, ont décidé de lancer un "retour durable" dans le but de promouvoir l'utilisation de l'eau au sein de la communauté universitaire.

Le filtre fonctionne

L'université dispose depuis de nombreuses années d'un système de canalisations qui, bien que très attrayantes, consomment beaucoup d'eau parce que, lorsqu'elles s'ensuivent ou prennent la couleur verte de l'eau non traitée, elles doivent être remplacées par de l'eau potable neuve. Pour réduire la consommation de liquide vital, et après un diagnostic participatif, nous avons décidé que la meilleure façon d'économiser de l'eau et de maintenir l'attrait de l'environnement de l'université, une estanque, serait la meilleure façon de combiner les besoins et les opportunités.

Grâce à la bonne disposition du directeur de l'université, le Maestro Aroldo Aguirre, nous avons pu disposer de l'espace et des installations nécessaires pour notre estanque. Cependant, nous ne disposions pas de l'expérience technique nécessaire pour créer une estanque avec des pièces et des plantes. Nous avons donc fait appel à une ancienne élève du LIE, Antonia Sánchez, qui avait déjà réalisé une estanque dans une école secondaire dans le cadre d'un projet d'intervention, apoyado técnicamente por la profesora Valeria Davila (Upemos) y financiado por el Proyecto Planteles Educativos Sustentables, por supuesto tuvimos que hacer un trabajo adicional de investigación.

La première chose que nous devions faire était de mettre en place des équipes chargées des différentes tâches (recherche, conception, matériel, acquisition des animaux, etc.) L'une des premières choses que nous avons faites a été le filtre, car si nous voulons que les animaux restent en bonne santé, nous devons garantir leur bien-être. Il existe des filtres à cet effet dans les magasins spécialisés, mais avec ce qu'ils contiennent, nous ne pouvions pas leur donner ce plaisir, c'est pourquoi nous devions fabriquer un filtre pour nous-mêmes, d'une manière plus artisanale, mais tout aussi efficace. Grâce au professeur Jorge qui nous a donné une boîte en plastique pour les archives de son bureau, nous avons obtenu le matériel initial, qui n'a certainement pas fait défaut parce que le bureau est un endroit désordonné à tous points de vue ; le reste du matériel était également utilisé quotidiennement dans la maison (cèpres de cuisine, éponges et fibres de lavande, tela de perlón et piedra volcánica que l'on trouve dans la propre Universidad).

L'eau est limpide grâce au filtre

Une autre équipe s'est chargée de trouver qui pourrait nous donner une paire de poissons qui deviendraient les premiers animaux de notre bassin, nous avons maintenant une paire de carpes Koi, les plantes que nous avons placées sont celles qui ont été reproduites dans le bassin d'Antonia. Enfin, après quelques tentatives et erreurs, notre bassin fonctionne, les poissons semblent parfaitement adaptés et, enfin, nous économisons de l'eau, le professeur Jorge a apporté un compteur d'eau qui enregistre l'eau consommée, ce qui nous permet d'évaluer le degré de réalisation de notre objectif.

Notre objectif initial a été atteint, et nous espérons maintenant que nos collègues et professeurs nous soutiendront, en faisant leur le souhait de s'engager non seulement dans la gestion de l'eau à l'université, mais aussi dans ce qui implique un compromis avec le développement durable. Dès lors, les critiques ne se sont pas faites entendre, mais moins encore, la plupart des personnes nous ont aidés à nous sentir bien avec leurs mots d'encouragement et de soutien, par exemple, les señoras responsables de la propreté nous ont soutenus de manière extraordinaire, grâce à leur collaboration et au matériel qu'elles nous ont fourni, mais surtout grâce à leur enthousiasme. Merci également au projet Escuelas Sustentables qui nous a facilité le financement de ce projet.

 

Les premiers voisins de l'étang, il y en aura bientôt d'autres.

Le défi durable de l'UPN Ayala

Étudiants de l'UPN

Le campus de Cuernavaca de l'Universidad Pedagógica Nacional a souffert d'un problème de pénurie d'eau ces dernières années, un problème qui a pratiquement affecté toute la capitale de l'État de Morelos. Cette situation s'est aggravée en raison de l'augmentation du nombre d'étudiants suite à l'ouverture de nouveaux programmes éducatifs offerts par l'université. Dans ce contexte, les étudiants du cinquième semestre du diplôme d'intervention éducative (LIE), dans le cadre du cours de développement durable, en collaboration avec le professeur Jorge Domínguez, ont décidé de lancer un défi durable dans le but d'encourager l'économie de l'eau au sein de la communauté du campus.

Le filtre

L'université dispose d'un système de fontaines qui, bien qu'attrayantes, consomment beaucoup d'eau puisqu'elles doivent être remplacées par de l'eau potable neuve lorsqu'elles se salissent ou prennent une couleur verte en raison de l'absence de traitement de l'eau. Pour réduire la consommation du liquide vital, et après un diagnostic des participants, nous avons décidé que la meilleure façon d'économiser l'eau et de maintenir l'environnement de l'université attrayant, un étang serait la meilleure façon de combiner les nécessités avec les opportunités.

Grâce à la bonne disposition du directeur de l'université, le professeur Aroldo Aguirre, nous avons eu accès à l'espace et au soutien pour travailler sur notre étang. Cependant, nous n'avions pas l'expérience technique nécessaire pour réaliser un étang avec des poissons et des plantes. Nous avons donc fait appel à une ancienne étudiante, également du LIE, Antonia Sánchez, qui a réalisé un étang pour un lycée dans le cadre d'un projet d'intervention, soutenu par Valeria Davila (de l'UPEMOR) et financé par l'initiative "Campus durables". Bien sûr, nous avons dû faire des recherches supplémentaires.

La première chose que nous avons dû faire a été de former des équipes chargées de différentes tâches (recherche, conception, matériel, acquisition de poissons, etc.) L'une des premières choses que nous avons fabriquées a été le filtre, car si nous voulions maintenir les poissons en bonne santé, nous devions garantir leur bien-être. Il existe aujourd'hui des filtres à cet effet dans les magasins spécialisés, mais en raison de leur coût, nous ne pouvions pas nous offrir le luxe d'en acheter un, c'est pourquoi nous avons dû fabriquer le filtre nous-mêmes, d'une manière plus artisanale mais tout aussi efficace. Grâce au professeur Jorge, qui nous a fait don de la boîte d'archives en plastique de son bureau, nous avons eu le matériel de départ. Il n'en a probablement pas eu besoin car son bureau est de toute façon en désordre ; le reste du matériel était également d'usage domestique quotidien (brosses de nettoyage, éponges et fibres de nettoyage, tissus en perlon et pierre volcanique que l'on trouve dans l'université même).

L'eau propre grâce au filtre

Une autre équipe s'est chargée de trouver quelqu'un qui pourrait nous donner des poissons, qui deviendraient les premiers hôtes de notre étang. Nous avons maintenant une paire de carpes Koi et les plantes que nous avons placées sont celles qui s'étaient déjà reproduites dans l'étang d'Antonia. Enfin, après quelques essais et erreurs, nous avons notre étang fonctionnel. Les poissons semblent parfaitement adaptés et, surtout, nous économisons de l'eau. Le professeur Jorge dispose d'un carnet de bord où l'eau consommée est enregistrée, ce qui nous permet d'évaluer la réalisation de notre objectif.

Nous avons atteint notre objectif initial. Nous espérons maintenant que le reste de la communauté éducative et les professeurs nous soutiendront, en faisant leur propre souhait, non seulement de prendre soin de l'eau de l'université, mais aussi de s'engager dans ce qu'implique le développement durable.

Les critiques n'ont certes pas été absentes, mais elles sont moindres, la majorité des personnes nous ont fait du bien par leurs paroles de soutien. Par exemple, les dames chargées des services de nettoyage nous ont soutenus de manière extraordinaire. Nous les remercions pour leur collaboration et le matériel qu'elles ont mis à notre disposition mais surtout pour leur enthousiasme. Un grand merci à l'Initiative pour des campus durables, qui nous a permis d'accéder au financement de ce projet.



Dernière modification : 28 novembre 2018