Raps pour le changement

(traduction anglaise ci-dessous)

Tejemos redes. Nous nous efforçons également de faire en sorte que d'autres les utilisent avec leurs outils, leurs talents et leurs propres réalités. Il en va de même pour les artistes et les artistes espagnols. Notre objectif n'est pas d'être bien avec la communauté scientifique, politique ou artistique ; il s'agit plutôt de faire ce que nous aimons et d'aider les autres à faire de même : travailler à l'école, dans les villages et dans la nature en tant que mentors.

Heureusement, il y a de part et d'autre des personnes généreuses disposées à apprendre avec ou sans nous, en particulier des jeunes, comme nous l'avons constaté lors du 2º Foro Itinerante Binacional Arte, Ciencia y Tradición hacia la Sustentabilidad (forum itinérant binational sur l'art, la science et la tradition en faveur de la durabilité ). Dans cet espace, nous avons observé comment, avec les moyens dont ils disposaient, les jeunes des écoles préparatoires et des universités ont remis en question l'ordre établi pour la gestion du patrimoine social et environnemental généré depuis des époques ancestrales.

Ce texte peut être comparé à une magnifique lampe de poche qui sert à couper ce qu'il y a de plus précieux, c'est pourquoi, pour ces jeunes, il importe peu de savoir qui sont ceux qui dirigent ou quel est le bénéfice qu'ils obtiennent ; ils le font parce qu'ils aiment, parce qu'ils croient, parce qu'ils savent que d'autres réalités sont possibles et qu'ils deviennent eux-mêmes, qu'ils sentent et protestent, qu'ils ont de la magie et de la passion. Le rap dédié à la nature de Miguel Ángel González Pérez, de la preparatoria comunitaria de Tres Marías, une institution enclavée dans le bois, n'est qu'un exemple :

¿Y lo que en verdad es importante qué ?

¿Les importa una mierda o nadie lo ve ?

C'est pour cette raison qu'au cours des dernières années, nous avons atteint le chiffre de 43.

Pero bueno : yo vengo a hablar de naturaleza

Y los 43 (refiriéndose a los estudiantes normalistas de Ayotzinapa, Guerrero, todos ellos jóvenes, que el 26 de septiembre de 2014 fueron desaparecidos por una red generada por el narcotráfico en México) fueron motivo de un mural que hace también referencia a la naturaleza y el arte en la Universidad Pedagógica Nacional (UPN), sede Cuernavaca, en Morelos.

Les jeunes (1 personne sur 4 au Mexique a entre 15 et 29 ans) sont positionnés de manière stratégique dans une société du savoir qui se développe à un rythme accéléré. En une décennie, ce secteur de la population a eu la possibilité d'apprendre et d'affronter, par le biais de la technologie, une société qui les stigmatise comme improductifs, inutiles ou dangereux, alors que ce sont eux qui s'efforcent d'imaginer l'inimaginable, d'être équivoques et d'affronter divers obstacles.

Nelson Castillo Alemán, étudiant à l'École nationale des sciences biologiques de l'Institut polytechnique national, a ainsi pu faire connaître la manière dont il s'est adressé à la population pour travailler sur le projet "Vías de recolección, transport y parque vehicular de residuos sólidos urbanos de Jojutla" y compartir con estudiantes de la Licenciatura en Intervención Educativa de la UPN, sede Galeana, también en Morelos, formas de intervenir en problemas ambientales. Tous sont de jeunes licenciés, comme Lizbeth Díaz, Rubicelia Sánchez et Manuel González, étudiants de l'Université polytechnique de l'État de Morelos, qui, du point de vue de la politique publique au Mexique, ont offert un panorama des énergies alternatives et des finances au Mexique.

Des jeunes comme Lily Deer ou Joni Saganash du Dawson College qui ont comparé ce qui se fait dans leurs nations autochtones, ainsi que des étudiants de la licence en éducation autochtone de l'UPN-Cuernavaca, y las jóvenes mujeres Chontales de Tabasco, representadas por Ana Rosa Rodríguez Luna y Eduardo López Hernández, investigadores de la Universidad Juárez Autónoma de Tabasco.

Tous, ceux qui étaient présents au forum et ceux qui ne l'étaient pas, ont fait en sorte que nous nous compromettions comme des dessinateurs, des artistes ou des artisans qui mettent en valeur des rêves, des projets et des styles de vie.

Por : Juan Salvador Nambo (UPEMOR-UPN)

______________________

Réseaux de tissage

Nous tissons des réseaux. Nous essayons également d'aider les autres à le faire avec leurs outils, leurs talents, leurs propres réalités. Comme des araignées ou des artistes sur leur métier à tisser. Notre but n'est pas de faire bonne figure devant la communauté scientifique, politique ou artistique ; il est plutôt de faire ce que nous aimons et de nous relier à d'autres pour faire de même : prendre nos écoles, nos peuples (indigènes) et la nature comme mentors.

Heureusement, il y a partout des personnes généreuses prêtes à tricoter avec ou sans nous, en particulier des jeunes, comme nous l'avons constaté lors du 2e Forum itinérant binational : Art, science et tradition pour la durabilité. Dans cet espace, nous avons observé comment, avec les ressources dont ils disposaient, de jeunes lycéens et étudiants ont remis en question l'ordre établi afin de prendre soin du tissu social et environnemental tissé depuis l'Antiquité.

Ce tissu peut être comparé à un beau châle qui sert à abriter ce qui est le plus précieux. Ainsi, ces jeunes ne se soucient guère de savoir qui dirige ou quel avantage ils pourraient recevoir ; ils le font parce qu'ils aiment cela, parce qu'ils croient, parce qu'ils savent que d'autres réalités sont possibles et qu'ils font leur cette réalité, qu'ils rendent sentiment et protestation, magie et passion. Le rap dédié à la nature de Miguel Angel Gonzalez Perez, du collège communautaire de Tres Marias, une institution nichée dans les bois, n'en est qu'un exemple :

"Et qu'en est-il de ce qui est important, qu'en est-il ?

Est-ce que quelqu'un en a quelque chose à faire ou est-ce que personne ne le voit ?

Et c'est pour cela qu'ils nous ont pris 43

Mais bon, je viens parler de la nature"

Et les 43 (en référence aux Ayotzinapa, étudiants enseignants du Guerrero, tous des jeunes qui, le 26 septembre 2014, ont été portés disparus par un réseau lié au trafic de drogue au Mexique) ont fait l'objet d'une peinture murale qui fait également référence à la nature et à l'art à l'Université Pédagogique Nationale (UPN), Cuernavaca, Morelos.

Les jeunes (1 personne sur 4 au Mexique a entre 15 et 29 ans) occupent une position stratégique dans une société de la connaissance qui se développe à pas de géant. En l'espace d'une décennie, ce secteur de la population a eu l'occasion d'apprendre et d'affronter, par le biais de la technologie, une société qui les stigmatise comme improductifs, inutiles ou dangereux, alors que ce sont eux qui osent penser l'impensable, se tromper et faire face à divers obstacles.

Ainsi, Nelson Castillo German, étudiant à l'École nationale des sciences biologiques de l'Institut polytechnique national, nous a raconté comment il est allé "à la rencontre des gens" pour travailler sur le projet "Routes pour la collecte et le transport des déchets solides municipaux à Jojutla" et a partagé avec les étudiants de l'UPN Galeana, également dans l'État de Morelos, les moyens de mener à bien une intervention environnementale. Ce sont tous de jeunes étudiants de premier cycle, tout comme Lizbeth Diaz, Rubicelia Sanchez et Manuel González, étudiants de l'Université polytechnique de l'État de Morelos, qui ont offert un aperçu de la vision alternative de l'utilisation de l'énergie au Mexique et de son financement.

Des jeunes comme Joni Saganash et Lili Deer du Dawson College ont partagé les pratiques de leurs nations indigènes, ainsi que des étudiants du programme d'éducation indigène de l'UPN- Cuernavaca, et l'expérience des femmes Chontal de Tabasco, représentées par Ana Rosa Rodriguez Luna et Eduardo Lopez Hernandez, chercheurs de l'Université autonome de Juárez de Tabasco.

Tous ceux qui étaient présents au forum et ceux qui n'y étaient pas, nous ont fait nous engager en tant que tisserands, artistes et artisans qui tissent des rêves, des projets et des styles de vie.

Juan Salvador Nambo (UPEMOR-UPN)

Traduit par Gisela Frias

Sembrando sueños de resistencia-mural UPN cuernavaca
Sembrando sueños de resistencia-mural UPN cuernavaca


Dernière modification : 4 avril 2016